L'entreprise libérée : mythe ou réalité ?

 
Comment a t’on pu concilier deux mots complètement opposés : entreprise et libérée ? Même si on a quitté le cliché qui voit l’entreprise comme le fait de trimer pour un patron type grand-méchant-loup 35h par semaines dans un bureau sombre, cloisonné et sans aucune forme de verdure, on en n’est pas non plus à considérer que l’entreprise c’est l’éclate. Si ?

Un nouveau discours a émergé, visant à rehausser la vision pessimiste que trainent les entreprises depuis que les baby-boomers, devenus papy-boomers, ont haussé la voix en réponse au patronat qui les prenait un peu pour des buses (pour la plupart): celui de  l’entreprise libérée. Réelle nouvelle organisation, nouveau système de management, ou stratégie marketing de la marque-employeur ? Fort probablement un peu des deux.

C’est quoi l’entreprise libérée ?

 

Si c’était un slogan, ce serait celui de Isaac Getz et Brian M.Carney qui théorisent la trouvaille de la sorte : « Quand la liberté des salariés fait le succès des entreprises ». C’est beau. Concrètement, l’entreprise libérée tient sa productivité dans l’autonomie et la bonne volonté de ses employés. En gros, on laisse plus de part de responsabilité à chacun, et tous prennent les décisions (au quotidien) qui lui semblent être les bonnes pour la société. Ainsi, on gagne du temps, on évite les longues chaînes décisionnelles, bref, on se concentre sur ce qui importe. Idéologiquement, on est presque dans une volonté d’instaurer la démocratie en entreprise : on remplace les responsables par des « chefs de groupe », sensés émerger comme leaders naturellement identifiés par la meute. En réalité, on agit sur l’environnement pour créer la motivation chez le salarié.

 

entreprise libérée

L’entreprise libérée : les piliers

Sur quoi repose réellement l’entreprise libérée ? Des valeurs fortes,qui visent à instaurer un changement dans l’organisation et dans les mentalités. D’abord, on déconstruit les anciens fonctionnements pour en créer de nouveaux, ensuite on instaure des processus et des comportements innovants.

1. Replacer l’humain au centre

Le principe même de l’entreprise libérée, c’est de replacer l’humaine au centre. Afin de réussir ce tour de passe, il faut instaurer dans les entreprises des espaces de bien-être, afin de réduire le stress au travail. En réalité, toutes les études prouvent que le bien-être au travail favorise la bien-portance de l’entreprise : coût du stress, absentéisme, longueurs décisionnelles, horaires imposés, bureaux lugubres… sont autant de mesures qui oppressent le salarié et l’empêchent de se consacrer pleinement à l’accomplissement de sa mission. En assouplissant  son environnement, l’entreprise redonne au salarié de la liberté, ce qui motivera celui-ci à se consacrer à sa mission.  En d’autres termes, on responsabilise le salarié sur son rôle dans l’entreprise. Cette technique d’auto-direction permet, par exemple, de dire à son employé qu’il peut arriver à l’heure qu’il souhaite. Seulement Jean-Michel voyant tous ses collègues arriver à 9h n’osera pas débarquer à 10h. Il aura l’impression qu’il peut, éventuellement. Pour autant, certaines mesures favorisent réellement le bien-être en entreprise comme le fait de passer du temps avec ses collègues sur autre chose que des dossiers. On peut créer des incentives, des rendez-vous hebdomadaires ou mensuels : pots de départ, week-ends de team building, sessions de sport en entreprise. Chez Bonne Mine, on considère qu’offrir à ses employés l’opportunité de faire du sport pendant les horaires de travail c’est une vraie preuve de considération pour eux, puisque c’est une action concrète.

 

entreprise libérée

 

2. Créer un climat de confiance

Exit le conflit employé Vs employeur: dans l’entreprise libérée, chacun est à égalité. Puisque le salarié est autonome et responsable, aucune raison de le fliquer. A son tour, le salarié se sentira valorisé et fera tout pour mériter cette confiance. Auto-responsabilisation, auto-organisation, auto-contrôle … Grâce à ce climat de confiance, on évite à l’entreprise des processus longs et coûteux de contrôle, et on met en place une « perfambiance », où chacun stimulera l’autre par sa motivation. L’effet de groupe, ça a du bon !

Dans cette même optique de confiance, on met en place des espaces pour que le salarié puisse s’exprimer s’il le souhaite, que ce soit pour régler un conflit ou pour faire des propositions d’amélioration à l’entreprise. Depuis quelques temps, on voit apparaître de nouveaux postes comme celui de chief happiness officer, littéralement responsable du bonheur. Derrière ce nom ronflant, on retrouve un manager qui s’occupe à la fois de gérer les états-d’âme des employés, à la fois des affaires logistiques de l’entreprise, à la fois de proposer la mise en place de nouvelles mesures comme faire rentrer Bonne Mine dans l’entreprise par exemple. C’est ça le côté positif de l’entreprise libérée: chacun peut faire des propositions, à adopter par la majorité !

 

Le collectif à tout prix et à moindres coûts

En fait, dans l’entreprise libérée, tout se fait de manière collective. C’est l’avis de la majorité qui compte. On analyse les dossiers ensemble, on brainstorme ensemble, on recrute ensemble, on déjeune ensemble, on travail ensemble, en open-space, évidemment. Tout se fait en collectivité, si bien que l’appartenance au groupe en devient primordiale, que dis-je essentielle à sa bonne intégration. Quelle part cela laisse-t’il aux logiques individuelles ? Pas beaucoup. Pour autant, on sait que l’environnement de travail est primordial dans la vie quotidienne, étant un lieu de vie à part entière. Une équipe soudée ira forcément beaucoup plus loin qu’une équipe qui ne s’entend pas. La technique a fait ses preuves.

Pour autant, la libération de l’entreprise est une entreprise qui peut être longue (haha) et qui n’est pas un long fleuve tranquille. Certains peuvent s’y refuser, freiner, ne pas apprécier le changement, avoir peur de perdre leurs privilèges …Il faut savoir entamer le changement de manière progressive, en instaurant des tests et des changements petit-à-petit : heures de sieste, massages en entrerpise, des afterwork, ou … Des bonnes séances de transpi ?

Dans la pratique, on se rend compte qu’il existe autant de types d’entreprises libérées qu’il existe d’entreprises libérées. Vous me suivez ? Chaque libération d’entreprise est un cas par cas, qui se déroule selon des règles internes et les choix des leaders. Qu’on choisisse d’appliquer cette nouvelle méthode de management pour y gagner en coûts salariaux, en productivité ou pour rendre ses salariés heureux, nul doute que le monde de l’ entreprise entame bel et bien une métamorphose et que c’est du jamais vu.

Libérééééééée, délivréééééée. Ok on s‘ arrête là.

 

entreprise libérée

 

Réservez votre séance d'essai GRATUITE

Suivez-nous sur Insta, on est sympas !

👉  @bonnemine.co

Something is wrong.
Instagram token error.

Bonne Mine

Mentions Légales

C.G.V.

À propos

happy@bonnemine.co

06 51 81 59 03

121 rue du Château, 92100 Boulogne Billancourt

Vous êtes coach sportif ?
On se suit ?

📷 Instagram

💼 LinkedIn

Pin It on Pinterest

Share This