Le Chief happiness Officer, ce nouveau manager du bien-être

Bien-être en entreprise
Le Chief Happiness Officier, ou manager du bonheur, a pour objectif de créer les meilleures conditions de travail pour les employés d’une entreprise.

Du bonheur en boîte

 

Son taff, c’est littéralement de vendre du bonheur en boîte. En France, ils sont 150 environ, et quelque 556 sur Linkedin. Ils sont CHO. L’argument principal de la création de ce métier un peu fourre-tout? Le bien-être des employés, qui est directement corrélé à la productivité de l’entreprise.En effet, il est maintenant reconnu que performance et bien-être sont indissociables. Dieu merci, il est loin, le fordisme. Né dans la Silicon Valley, le métier de Chief Happiness Officer est une des solutions adoptées par les entreprises pour favoriser le bien-être au travail.

Autre avantage indéniable, l’entreprise qui emploie un manager du bonheur bénéficie d’une meilleure image en tant que marque-entreprise. Et oui, ça fait rêver de voir des télévisions, des baby foot et des croissants dans l’open space. Grâce à cela, la compagnie attire les talents et profite même de la cooptation de ses salariés « Allez viens, on est bien ». Parfois même, cela justifie des salaires moins élevés, pour une qualité de vie supérieure.

D’ailleurs, c’est si bien qu’un Club des CHO a émergé avec pour objectif de fédérer les managers du bonheur de toute la France pour réfléchir et agir sur l’expérience collaborateur, et le futur du travail. Parmi eux ? La SNCF, la Société Générale, Orange Vallée, Nuxe. Cela prouve bien que les entreprises sont de plus en plus concernées, et pour cause, le bien-être est devenu un véritable vecteur de compétitivité pour la marque-employeur.

chief

Il fait quoi, le Chief happiness Officer ?

 

Le CHO est un médiateur, un facilitateur de liens entre les strates hiérarchiques et les différents postes. En premier lieu, fait un peu de communication interne, un peu de logistique, beaucoup de psychologie. Ensuite, il facilite l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle des salariés. Enfin, il met en place des méthodes innovantes pour rendre l’entreprise agréable. Parmi elles, une bonne cantine, des incentives, des espaces de détente, du sport, des espaces de sieste, mais aussi de nouveaux process comme le stand-up meeting dont on vous a parlé dans un précédent article.

En réalité, le CHO a aussi un vrai rôle de manager. Il doit comprendre les problèmes, leur source et les traiter. D’autant plus que l’avantage du management moderne, c’est qu’il est bienveillant. Exit le cliché qui voit le manager comme un petit tyran. Il a vu son rôle se transformer profondément: aujourd’hui, il doit être un être humain et de surcroît sympa. Les millénials veulent des emplois dans lesquels ils se sentent bien et qui aient du sens. Les entreprises ont donc dû amorcer un virage dans leur politique salariale, et repenser la culture d’entreprise comme un réel enjeu.

Un rôle stratégique d’avenir

 

La qualité de vie au travail tient dans la plus grande autonomie laissée à l’employé. Aussi, on desserre un peu la vis et on instaure un climat de confiance. Cela est faisable en ayant un « garde-fou », un repère vers qui chacun peut se tourner en cas de doute ou de difficulté d’adaptation. A cette effet, le rôle du CHO n’est pas seulement opérationnel, il est aussi stratégique. Les CHO interrogent leurs collaborateurs, auditent parfois des centaines de salariés avant de trouver les bonnes mesures à prendre. Ils font en quelque sorte de la recherche, dans un domaine qui reste, finalement, très récent. C’est d’ailleurs là que tient tout l’intérêt de ce métier que l’on peut qualifier d’empirique, c’est-à-dire dont le savoir-faire se crée au fur-et-à-mesure de l’observation et de l’expérimentation de chaque situation.

chief

Aussi, ils ont leur place dans les comités de direction et se voient donner un budget parfois conséquent, pour réellement changer les choses et trouver des réponses pérennes aux problématiques des salariés et des entreprises. Et quelles sont-elles, ces solutions ? Pourcommencer: réaménager les bureaux, proposer une solution de sport en entreprise, instaurer des rendez-vous récurrents, des incentives. Mais aussi faire des apéros, des conférences, des essais, ou encore proposer des espaces de repos. Ils peuvent également instaurer du télétravail. Enfin, leur fonction consiste à assouplir, à adapter l’entreprise aux besoins des collaborateurs et non l’inverse. Plus qu’un modérateur, le Chief Happiness Officer est un fédérateur. C’est lui qui crée la cohésion du groupe, favorise les échanges, motive les équipes, positive, encourage les talents et porte la culture de l’entreprise à bras le corps.

Réservez votre séance d'essai GRATUITE

Suivez-nous sur Insta, on est sympas !

👉  @bonnemine.co

Something is wrong.
Instagram token error.

Bonne Mine

Mentions Légales

C.G.V.

À propos

happy@bonnemine.co

06 51 81 59 03

121 rue du Château, 92100 Boulogne Billancourt

Vous êtes coach sportif ?
On se suit ?

📷 Instagram

💼 LinkedIn

Pin It on Pinterest

Share This