Coupe du Monde : les paris sont pris !

 
C’est officiel, avec la coupe du monde 2018 le monde devient fou : les pronostiqueurs sont des tortues et les paris se font en entreprise !

Il n’est pas rare d’entendre ces derniers jours « Il me faut 3 points sinon j’ai perdu ! », ou encore « T’en es à combien de points ? ». On parle bien de football, pas de permis. Le phénomène des paris a investi toutes les sphères sociales, et dépasse aujourd’hui le turf, le poker ou Betclic.

Si Les paris sportifs ont toujours eu pignon sur rue, on avait tendance à y retrouver les joueurs aux tabacs, aux PMUs ou sur internet. D’ailleurs, le marché du pari prend de plus en plus de parts : 30 % annuels de croissance d’après le Pari Mutuel Urbain (PMU). Et chaque compétition mondiale l’accroît.

 

paris

Parier en entreprise

 

Aujourd’hui, on retrouve aussi la tendance dans les bureaux et pas seulement les bureaux des entreprises libérées. Ecran géant dans l’espace de détente, tableau Excel tenu par un bookmaker non officiel : les salariés s’organisent pour parier entre eux. Le but ? Remporter une somme d’argent. Si chacun parie 10 euros et que le gagnant des pronostics remporte la somme, cela a de quoi faire rêver.

Outre la somme à remporter, le pari a quelque chose d’excitant, relevant presque de l’irrationnel. On parie pour son équipe ou pour son égo, pour avoir raison ou simplement pour se mesurer à ses collègues. Renforceur de lien, mais aussi sujet de prédilection en entreprise, le sport est une valeur sur laquelle reposent de nombreuses cultures.

De nouvelles entreprises de paris

 

Ainsi, des entreprises de pari ont pris le créneau, comme corporico.fr qui propose d’organiser un concours de pronostics au sein de l’entreprise pendant la coupe du Monde. Et ça semble logique : qu’est-ce qui peut fédérer mieux que la coupe du monde et son atmosphère électrique ? Parier en entreprise serait donc devenu un nouvel outil de promotion de la marque employeur, sur courte durée.

 

Et la légalité ?

 

Il faut s’assurer que personne ne prenne de commission sur la prise des paris, et que les parieurs ne dépassent pas la centaine. Dans un cercle restreint donc, c’est parfaitement légal.

 

Des bookmakers hors du commun

 

Une autre tendance consiste à remettre le destin de son équipe à des pronostiqueurs un peu spéciaux: des animaux ! On a déjà entendu parler d’Ariane, la tortue voyante lors de l’Euro. Bien que ses résultats aient été approximatifs, Ariane avait bien vu puisqu’elle annonçait une victoire de la France sur le Pérou (1 – 0).

La tortue a été appelée à pronostiquer pour le prochain match qui oppose la France à l’Argentine. Espérons que notre tortue chauvine prédise encore une victoire.

 

 

On retrouve aussi son opposant, Achille, un chat sourd qui vit à Moscou au Musée de l’Hermitage. D’ailleurs, le chat féru de football possède son propre pass pour mater les matchs en toute tranquillité et voir si ses pronostics sont bons.

L’initiateur de cette nouvelle mode, c’était Paul le poulpe, qui avait été le pronostiqueur favori (avec un sans faute) de la coupe du monde 2010. Il est malheureusement décédé de cause naturelle peu de temps après. RIP Paul.

Réservez votre séance d'essai GRATUITE

Suivez-nous sur Insta, on est sympas !

👉  @bonnemine.co

Something is wrong.
Instagram token error.

Bonne Mine

Mentions Légales

C.G.V.

À propos

happy@bonnemine.co

06 51 81 59 03

121 rue du Château, 92100 Boulogne Billancourt

Vous êtes coach sportif ?
On se suit ?

📷 Instagram

💼 LinkedIn

Pin It on Pinterest

Share This